Login
Menu et informations
PIERRON, Charles (1758-1832)
État civil
NOM : PIERRON     Prénom(s) : Charles     Sexe : M
Date(s) : 1758-2-8   / 1832-6-12 
Notes biographiques

Né à Magny [tout près de Metz] Charles PIERRON dit avoir été formé à la musique par son père. Après une carrière d'abord concentrée dans le nord-est de la France (Toul, Verdun puis retour à Metz), il traverse le royaume pour rejoindre Poitiers où le trouve la Révolution. Il y chante la basse-contre à la collégiale Saint-Hilaire. Revenu en Lorraine, il se marie avec la fille d'un maître de musique et s'établit marchand de modes. Il meurt rentier aux début de la Monarchie de Juillet.

• 8 février 1758, à Magny [Moselle] : Charles PIERRON nait, et il est baptisé le lendemain dans ce village (aujourd'hui devenu un quartier de Metz). Son père, Nicolas PIERRON est chantre et régent d'école de la paroisse. Il avait épousé sa mère, Barbe Pollot, le 28 mai 1754, à Ars-sur-Moselle.

• [Vers 1771 environ] : Charles PIERRON dit avoir été formé dès l'âge de 14 ans "à l'état de musicien par un père qui exerçait la même profession et qui était hors d'état par son infortune de lui en donner d'autre". S'il dit vrai, il aurait donc appris la musique seulement avec son père chantre de village et sans jamais avoir été intégré à une maîtrise d'enfants de choeur. Ce père a manifestement été chantre et régent d'école dans plusieurs villages successifs, notamment à Pierrevillers (où il mourra en 1809).
 
• Juin 1779-septembre 1782, Toul : Charles PIERRON est musicien à la cathédrale de Toul.
 
• [fin 1782-août 1785], Verdun : Il sert la cathédrale de Verdun en qualité de musicien pendant 3 ans et demi.
 
• [août 1785-avril 1786], Metz : Il est employé comme basse-taille à la cathédrale de Metz, pendant environ 9 mois. Le 8 avril 1786, il obtient un certificat du chapitre cathédral de Metz, ce qui doit correspondre à la date de son départ. 

• Le 30 mars 1787, Poitiers : Charles PIERRON commence à chanter comme basse-contre à la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand. Le chapitre officialise son engagement le mardi 3 avril, aux gages de 12 livres par semaine. Il reçoit également 50 livres pour son voyage. Est-il venu directement de Metz ou est-il passé par une autre ville entre temps ? Ce n'est pas indiqué sur l'acte capitulaire de sa réception.

1790Poitiers : Toujours musicien basse-contre de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand, Charles PIERRON reçoit des gages de 624 livres en fixe, plus 120 livres en argent et en blé pour les fondations "tant du haut que du bas choeur".
• 15 septembre 1790 : Le "sieur Charles PIERRON musicien" est parrain de Charles Jean fils du sieur Jean HOURTICOLOU musicien de St-Hilaire.
• 22 novembre 1790, Poitiers : Il co-signe une supplique avec les musiciens du chapitre de Saint-Hilaire : Jean-Baptiste DOLLÉClaude Marguerite LARDYJean-Baptiste BROCHETClaude Robert DUVALJean-Baptiste TORELLELouis Victor BABINJean HOURTICOLOUFrançois POULAINNicolas Joseph VENONJean ALEXANDRE et Pierre Louis DELAURIÈREPierre BEAUMONT ne fait pas partie des signataires mais était également en poste à Saint-Hilaire-le-Grand à ce moment-là.
• [1790-1791], Poitiers : Charles PIERRON adresse une supplique au district de Poitiers. Il se dit âgé de 33 ans environ. Il y joint divers certificats : l'un, du chapitre Saint-Hilaire de Poitiers, daté du 4 août 1790 ; un autre, de la cathédrale de Toul (qui le dit "originaire de Pierre viller", village où exerça longtemps son père, et où il exerçait probablement au moment où le jeune homme chantait à Toul, d'où sans doute la confusion), daté du 27 août 1790 ; un autre, de la cathédrale de Verdun, daté du 28 août 1790.
Le directoire du district de Poitiers estime qu'il y a lieu d'accorder à Charles PIERRON une gratification de 200 livres.

• 10 novembre 1792, Poitiers : Il adresse une supplique au directoire de la Vienne. Il se dit âgé de 33 ans. Il explique qu'il a droit à une gratification d'une année et demie de gages, soit 1 116 livres, et qu'il n'a reçu que 200 livres. Il demande le paiement du solde, soit 916 livres, dont il estime avoir un grand besoin.

• 12 juillet 1794, Metz : Charles PIERRON, âgé de 36 ans, aide dépensier à l'hôpital fixe de cette commune, demeurant rue des Jardins, fils de Nicolas, propriétaire demeurant à Pierrevillers, district de Briey et de Barbe Pollot épouse Christine Cécile Naurath, âgée de 30 ans, fille de Jean Gérard NAURATH, ancien maître de musique, marchand de modes.

• 4 juin 1803, Metz : Leur fils Claude Benoît Adolphe vient au monde. PIERRON est devenu marchand en Fournirue.

• 6 mai 1813 Metz : Charles PIERRON, marchand de modes au 417, rue fournirue, déclare le décès survenu ce jour à 7 heures du matin de Christine Cécile Naurath, âgée de 48 ans.

• 18 juillet 1831, Gorron [Mayenne] : Charles PIERRON a donné son consentement devant maître Albert, notaire à Ars-sur-Moselle, au mariage célébré ce jour entre Claude Benoît Adophe, ex-sergent-major au 8e régiment d'infanterie légère en garnison à Paris [en congé depuis juin] avec la fille d'un propriétaire, Eugénie Jeanne Louise Folleau.D'après l'acte, son père aurait résidé auparavant à Piervillers.

• 12 juin 1832, Ars-sur-Moselle [Moselle] : Rentier, il s'éteint à l'âge de 74 ans.

Dernière mise à jour : 16 juillet 2020

Sources
Ad86 / L 235 ; Ad86/ L 235 ; Courriel René Depoutot, juin 2017 ; F-Ad57/ 2G54 (2MI 112/ 1) ; F-Ad57/ BMS Magny ; F-Ad86/ BMS Saint-Hilaire ; F-Ad86/ G 570 ; F-Ad86/ L 226 ; F-Ad86/ L 235 ; F-Ad86/ L 278 ; F-Am Metz/ 1E/ b 65 ; F-Am Metz/ 1E/ b13 ; F-AmMetz/ 1E/ a15 ; Filae.com

<<<< retour <<<<