Login
Menu et informations
RONZIER, Julien (1773-1793 ap.)
État civil
NOM : RONZIER     Prénom(s) : Julien     Sexe : M
Date(s) : 1773-5-27  / 1793 ap.
Notes biographiques

Julien RONZIER natif de Brioude passe successivement par la maîtrise de la collégiale Brioude puis par celle de la cathédrale du Puy-en-Velay. La Révolution interrompt sa carrière et il s'engage dans l'armée.

• 27 mai 1773, Brioude : Julien RONZIER naît ; il est le fils de Jean-François “invalide” et de Catherine Leger.

• vers 1779, Brioude : Julien RONZIER âgé de 6 ans est reçu enfant de chœur de la maître de la collégiale Saint-Julien. Il y reste 3 ans environ avant d’en être renvoyé.
• vers 1781, Brioude : Julien RONZIER est renvoyé de la maîtrise de la collégiale Saint-Julien « au sujet de quelques ennemis alors puissants qui sur un rapport médisant d’une faute commise dans un âge tendre prirent les armes de la haine et de la vengeance pour l’en faire chasser » ainsi qu’il l’écrit plus tard dans sa pétition.

• vers 1782, Le Puy-en-Velay : La pétition de Julien RONZIER nous conte que « le secours du ciel et la providence cette bonne mère connue des hommes lui procura une autre place dans l’église jadis cathédrale du puy en la meme qualité d’enfant de chœur ».
• 1787-1788, Le Puy-en-Velay : Julien RONZIER apprend le violon avec Jean Antoine BOUDOUIN
• sd, Le Puy-en-Velay : Julien RONZIER déclare qu’« à peine fut-il pourvu du titre d’abbé dans ladite église et jouissoit d’un revenu annuel de cent écus » que le chapitre fut supprimé.

• [1790], Le Puy-en-Velay : Julien RONZIER est âgé de 17 ans et il est enfant de chœur de la maîtrise de la cathédrale Notre-Dame.
• 30 octobre 1790 : Julien RONZIER (comme François ROBIN qui suit la même procédure, avec pour seule différence que le chapitre en le recevant a promis de tenir compte des 3 années effectuées à Brioude.) enfant de chœur demande a être reçu chorier. Le chapitre "a répondu ne pouvoir le mettre en possession eu égard aux circonstances présentes". Ronzier fait venir le notaire dans la cathédrale " aux fin de le mettre en la vraye, reelle, corporelle civile et cannonique possession d'une place de chorier dans la dite eglize et des droits, honneurs, fruits, profits y attachés". Le notaire accompli le rituel, le revêt d'un surplis le conduit devant l'autel et le fait prendre place dans une stalle. Ronzier déclare se soumettre au statut des choriers et serment sera prêté "au besoin en tems et lieu". Daté du même jour est inséré dans la délibération un acte par lequel un huissier demande à Saint-Sauveur sindic du chapitre la réception de Julien RONZIER qui a accompli ses 10 années. Saint-Sauveur déclare la réception impossible en regard des circonstances.
• 7 décembre 1790, Le Puy-en-Velay : Une liste mentionne Julien RONZIER parmi les enfants de chœur aux cotés de François ROBIN (tous deux " sortis de la maîtrise et ecclésiastique depuis la Toussaints dernière"), Pierre DELAIGUE, François Régis Roch TEYSSÈDRE, Louis Benoît REYMOND, Jean Antoine CHASTEL, Jean Joseph GASCARD, Pierre BERANGER et Claude POYROUX.
• 12 avril 1791, Le Puy-en-Velay : Julien RONZIER, enfant de chœur, signe avec ses camarades une pétition auprès du district, qui décide de leur accorder à tous une gratification de 300 livres. 


• juin 1792-8 janvier 1793, Le Puy-en-Velay : Julien RONZIER rejoint l’armée comme musicien volontaire du 1er bataillon du département de la Haute-Loire lors de la création de ce bataillon. Un certificat de son lieutenant colonel en atteste dans un document rédigé au fort Bareau [Isère]. Sa trace se perd ensuite.

Mise à jour le 21 septembre 2017

Sources
F-Ad43 ; F-Ad43/ 191 ; F-Ad43/ 2 L 116 ; F-Ad43/ 2 L 207 ; F-Ad43/ 2L 117 ; F-Ad43/ 2L 120 ; F-Ad43/ 2L 173 ; F-Ad43/ 2L 191 ; F-Ad43/ 2L 193 ; F-Ad43/ 2L 208 ; F-Ad43/ 3 E 227 ; F-Ad43/ 6E 040-001 ; F-Ad43/ G 124 ; F-Ad43/ G 855 ; F-Ad43/ L 1412 ; F-Ad43/ L 835 (ex. L 574) ; F-AmLe Puy/ R 5

<<<< retour <<<<