Login
Menu et informations
ROULLEAU, Thomas Claude (ca 1705-1789)
État civil
NOM : ROULLEAU     Prénom(s) : Thomas Claude     Sexe : M
Date(s) : 1705 ca  / 1789-4-16 
Notes biographiques

Thomas Claude ROULLEAU, formé à Notre-Dame de Paris par Jean François LALOUETTE à la toute fin du règne de Louis XIV, est chargé entre 1734 et 1747 de réécrire le chant du bréviaire du diocèse de Beauvais (Oise), alors qu'il dirige musique de la cathédrale Saint-Pierre. En récompense, l'évêque lui obtient un canonicat en la collégiale Saint-Michel de Beauvais. Il était connu des spécialistes de musique de son temps pour sa longue lettre publiée en 1750 dans le Mercure de France, dans laquelle il fait l'apologie du plain-chant traditionnel.

• [vers 1705] : Thomas Claude ROULLEAU naît à Paris.

• [vers 1713], Paris : Thomas Claude ROULLEAU devient enfant de chœur à la cathédrale Notre-dame. La date peut être déterminée grâce à la lettre de ROULLEAU sur la défense du chant grégorien de 1749, publiée dans le Mercure de France, lorsqu'il écrit "Il y a environ trente-six ans que j'étudie la Musique". Il est "initié dans les grands mystères de la musique" par LALOUETTE, le "père de l'harmonie".

• Vers 1734, Beauvais : ROULLEAU est nommé maître de musique (ou symphoniarque) de la cathédrale.

• 14 juin 1737, Beauvais : En l'église Notre-Dame de la Basse-Œuvre, Thomas Claude ROULLEAU, maître de musique de la cathédrale, présente sur les fonts baptismaux Thomas Claude Ferdinand BERTON, fils de Pierre BERTON musicien de la cathédrale. La marraine est Anne Claude Ferdinande de Thun, épouse du receveur de l'Évêché. L'enfant deviendra à son tour maître de musique (à Poitiers).

• 1741, Beauvais : L'Antiphonaire du diocèse, réécrit par ROULLEAU à la demande de l'évêque Étienne René Potier de Gesvres, paraît. En 1749, ROULLEAU se souvient que lorsque "par ordre de M. l'Evêque Comte de Beauvais j'entrepris de composer le chant de son nouveau Bréviaire, [je me fis] une loi inviolable de ne point donner dans aucune nouveauté, & de suivre scrupuleusement l'ancien & vrai plain-chant".

• 12 décembre 1746, Paris : Thomas Claude ROULLEAU, maître de musique de la cathédrale de Beauvais, ancien enfant de chœur de Notre-dame de Paris, offre six messes en musique selon le rite parisien de sa composition, avec le cantique Benedictus, destinés à être chantés lors des fêtes solennelles ; les manuscrits seront placés à la maîtrise. Le chantre est chargé de lui écrire afin de le remercier.

• 4 août 1747, Paris : Le chapitre de la cathédrale demande au chambrier de remercier le maître de musique de la cathédrale de Beauvais, ROULLEAU qui lui a fait parvenir un Benedictus et une antienne Regina Coeli de sa composition ; les pièces sont déposées à la maîtrise.
• 25 septembre 1747, Beauvais : ROULLEAU, à cette date, a quitté son poste de maître de musique à la cathédrale. Étienne PRIEZ lui a succédé. 

• 21 février 1749, Beauvais : Maître ROULLEAU, chanoine de Saint-Michel, ancien maître de musique, est prié par les chanoines de la cathédrale de donner un Te Deum pour la paix dimanche prochain.
• 18 octobre 1749, Beauvais : ROULLEAU, prêtre, chanoine de Saint-Michel, écrit une longue lettre publiée dans le Mercure de France de mai 1750, dans laquelle il fait l'éloge du plain-chant et critique un ouvrage anonyme paru en 1749 qui préconise de remplacer celui-ci par des plages musicales : "Jamais la plus belle musique ne me fit sentir dans l'Eglise que j'étois Chrétien, comme un beau Plain-chant grave, un Répons majestueux, une Hymne ou une Prose bien composée ; jamais je ne connus mieux Dieu & ne me suis connu moi-même, que lorsque confondu au milieu d'un grand peuple, & mêlant ma voix avec celle de tous les fidèles, j'ai chanté le Plain-chant tout simplement".

• 1756, Beauvais : Le Missel et le Graduel du diocèse, également dus à ROULLEAU, paraissent.

• 18 avril 1789, Beauvais : Le corps de Thomas Claude ROULLEAU, prêtre, chanoine de l'église collégiale Saint-Michel, vice-promoteur de ce diocèse, chapelain et ancien maître de musique de la cathédrale, mort le 16 à quatre heures de l'après-midi, âgé de 84 ans, a été levé après la messe et transporté par le clergé de la cathédrale mené par le chanoine en semaine député par monsieur le doyen, portant l'étoile, en la collégiale Saint-Michel, où il a été inhumé.

Dernière mise à jour : 16 février 2017

Sources
Delettre (Abbé), Histoire du diocèse de Beauvais ; F-Ad60/ 3E57/1 ; F-Ad60/ 3E57/10 ; F-Ad60/ BMS ND de la Basse Œuvre ; F-Ad60/ G 2471 ; F-An/ LL 232/ 22 ; Mercure de France, mai 1750

<<<< retour <<<<