Login
Menu et informations
TURBEN, Henri Joseph (ca 1754-1794 ap.)
État civil
NOM : TURBEN     Prénom(s) : Henri Joseph      Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : TURBAN
Date(s) : 1754 ca  / 1794 ap.
Notes biographiques

• [Vers 1754], Aire-en-Artois (Aire-sur-la-lys, auj. dans le Pas-de-Calais) : Naissance de Henri Joseph TURBEN : en 1791 il est dit avoir 37 ans.

• [Vers 1785] : Il entre au service de l'Église. En 1791 Henri Joseph TURBEN déclare seulement 6 ans de service, alors qu'une majorité de ses collègues fait débuter son service à ses années de maîtrise : Henri Joseph TURBEN aurait-il été formé ailleurs que dans une psallette ?

• [1785 ? - 1792], Chartres : Henri Joseph TURBEN est attesté comme serpent à la cathédrale Notre-Dame. En juin 1789, il est réprimandé pour n'avoir pas baissé son parapluie à une procession du Saint Sacrement.

• 1791, Chartres : Dans le tableau des musiciens de cathédrale, Henri Joseph TURBEN est désigné comme "serpent basson clarinette". Il déclare 1000 livres de revenus annuels : 936 livres d'appointements (soit 18 livres par semaine) et 64 livres pour "les gants du chœur" [les gains ?]. Aux alentours de cette date, on le retrouve à Dreux comme brigadier de gendarmerie, membre de la Société populaire locale. "Épuré" en 1794, il "déclare hautement et publiquement haine implacable aux tyrans et à ceux qui voudraient exercer la tyrannie".

• 5 juin 1792, Chartres : Il signe l'acte de mariage de Pierre Marie BOUCHER, musicien, en compagnie de Edme DUPONT, Louis DELAFOY, Louis PICHOT, Lucien GAILLARD, Pierre-Alexandre GOBLIN, Thomas MACE chantres et/ou instrumentistes ; Pierre DESVIGNES maître de musique ; Denis PROTA organiste ; et peut être Antoine MAHEUX enfant de chœur, tous attachés à la cathédrale.

• 5 juillet 1792, Chartres : Henri Joseph TURBEN fait partie des douze chantres et musiciens de la cathédrale qui demandent leur traitement au district du département et sont renvoyés à la fabrique.

• Mai-juin 1793, Chartres : Le citoyen TURBAN, musicien, chantre de l'église et gendarme national, assiste trop peu aux offices. À partir du 1er juin, la fabrique menace de ne le payer qu'en fonction de ses assistances, à raison de 10 sous chacune. Le 19 juin, le citoyen TURBAN, serpent, se plaint que ses assistances aux offices fixées à 10 sous chacune sont trop modiques. On perd ensuite sa trace.

Mise à jour : septembre 2016

Sources
F-Ad28/ 3 E 085/065  ; F-Ad28/ G 336 ; F-Ad28/ G 337 ; F-Ad28/ L 427 ; F-Ad28/ L 554 ; G Champagne, La société populaire de Dreux ..., 1908 ; J.-A. Clerval, L’Œuvre des Clercs de Notre-Dame de Chartres..., 1910

<<<< retour <<<<