Login
Menu et informations
VAREILLES, Jean François (ca 1746-1810)
État civil
NOM : VAREILLES     Prénom(s) : Jean François     Sexe : M
Date(s) : 1746 ca  / 1810-1-20
Notes biographiques

Jean-François VAREILLES occupe sa vie durant un poste dans le chœur de la cathédrale Notre-Dame de Rodez, où il devient chanteur avant d'assurer la direction de la maîtrise.

• vers 1746, sl : Naissance de Jean François VAREILLES.

• 28 août 1766, Rodez : Le chapitre de la cathédrale accorde à Jean François VAREILLES la somme de 4 livres pour apprendre la musique et apprendre à chanter.

• 9 janvier 1767, Rodez : Jean François VAREILLES est devenu chanteur, voix de basse-taille avec un traitement de 12 livres par mois.

• 13 novembre 1767, Rodez : Les gages de Jean François VAREILLES passent à 15 livres.

• 5 juin 1768, Rodez : Jean François VAREILLES reçu chanteur de la cathédrale avec un honoraire de 400 livres annuelles.

• 1770-1772, Rodez : Jean François VAREILLES est appointé comme musicien avec TEYSSANDIER, CHABBOT, PHILIBERT et Jean-Baptiste FAUCHAMEAU.

• 1779-80, 1783-4, Rodez : Jean François VAREILLES signe comme clerc tonsuré les registres de Saint-Amans.

• 1780, Rodez : Jean-François VAREILLES apparaît dans les comptes du chapitre de la cathédrale pour 40 livres mensuelles.

• 1786, Rodez : Jean François VAREILLES fait office de maître de musique jusqu’en 1790.

• 1789, Rodez : Jean François VAREILLES, maître de musique reçoit du chapitre 308 livres comme maître de musique et 400 livres comme chanteur.

• 1789-1790, Rodez : Les musiciens de la chapelle de musique de la cathédrale sont payés en 1940 livres pour l’année avec la répartition suivante : 400 livres à la haute-contre [CHABBOT] ; 400 livres à la basse-taille [VAREILLES ? ou OURGOULHOUX ?] ; 120 livres à la taille ; 120 livres à la haute taille ; 300 livres au joueur de serpent [Jacques DAURES], 300 livres au joueur de basson [FAUCHAMEAU] 300 livres au joueur de basse [TEYSSANDIER ?]

1790, Rodez : Jean François VAREILLES présente un certificat médical (daté du 15 novembre) faisant état de sa santé déficiente : il est sujet depuis « longtemps à de coliques, des hémorroïdes, et à de paroxismes d’hastme », pour appuyer sa demande de pension. Un certificat du chapitre (24 novembre 1790) mentionne outre le montant de ses gages de 400 livres annuelles, « qu’il a chanté avec beaucoup de gout, au gré et contentement du chapitre. ». Sa déclaration de revenus de 1790 mentionne qu’il est âgé « de quarante quatre ans, chargé de plusieurs infirmités qui peut être m’ont été occasionnées par l’excès de travail auquel je me suis livré étant presque toujours seul dans ma partie, obligé de chanter récits et chœurs." Pour ses revenus il déclare que "faisant les fonctions de maitre de musique le chapitre me fournit le logement, la nourriture, le chauffage, et les remèdes dans la maladie, & cela ma paroit valoir la somme de 320 livres." Il précise également qu’il a chanté durant 2 années avant d’être engagé par le chapitre et déclare également bénéficier "d'une chapellenie dite de Saint-Paul deserviable dans l'église cathédrale de Rodez et qui donne part aux obits".
• 9 janvier 1792, Rodez : Le Directoire accorde à Jean François VAREILLES une gratification de 200 livres.

• 20 janvier 1810, Rodez : Décès de Jean François VAREILLES, dans sa maison d'habitation rue Sainte-Catherine, à l'âge de 63 ans. Il est dit sur l'acte : "clerc tonsuré".

Mise à jour : 25 juillet 2019

Sources
Ad12/ 1 V 44 ; F- 3 G 254 ; F-Ad12/ 1 L 1833 ; F-Ad12/ 3 G 254 ; F-Ad12/ 3 G 255 ; F-Ad12/ 3 G 267 ; F-Ad12/ 4 E 212-18 ; F-Ad12/ 5 L 253 ; F-An/ DXIX/042/656-2/01 ; F-An/ DXIX/042/656-2/03 ; F-An/ DXIX/090/748/03

<<<< retour <<<<