Login
Menu et informations
CHASSAGNAT, Henry (1778-1826)
État civil
NOM : CHASSAGNAT     Prénom(s) : Henry     Sexe : M
Date(s) : 1778-12-11  / 1826-6-26
Notes biographiques

Henry CHASSAGNAT, enfant de chœur pendant deux ans et demi au service la cathédrale de Clermont, est le fils d'un modeste boueur. C'est peut être cette appartenance à un milieu social très pauvre qui lui a permis d'intégrer le chapitre cathédral, plus enclin que les autres chapitre clermontois à effectuer ce type de recrutement.

• 11 décembre 1778, Clermont-Ferrand : Michel CHASSAGNAT, boueur de profession, et sa femme Marguerite Bascoulergue donnent naissance à Henry, paroisse Saint-Pierre.

[1787-1790], Clermont-Ferrand : Il est enfant de chœur au service de la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption. Dans un mémoire au sujet des enfants de chœur de la cathédrale, le maître de musique Louis-Marcel BAYART précise qu'il est le "9e enfant de chœur âgé de 10 environ, natif de Clermont et ayant père et mère pauvres" (effectivement son père exerce le métier de boueur). A la maîtrise de la cathédrale il fréquente notamment Jacques-Philippe BOUTAL, André NONY, François TOURETTE, François MONNET, Guillaume DUBOIS, Augustin DERRIEGE, Pierre VICHY, Jean-Baptiste DESSAT et Antoine Jean-Baptiste HUOTE.

• 26 octobre 1791, Clermont-Ferrand : Son père, Michel CHASSAGNAT, est solidaire d'une supplique adressée par les parents des enfants de chœur de la cathédrale au directoire du district de Clermont. Ces derniers demandent à pouvoir récupérer les lits de la maîtrise en affirmant que le maître a lui-même emporter du mobilier et notamment son lit. Le directoire répond que cette affirmation est fausse et que par conséquent il n'y a aucune raison que les lits de la maîtrise soit cédés.

• 5 février 1793, Clermont-Ferrand : Henry CHASSAGNAT signe une supplique collective avec les autres enfants de la cathédrale afin de réclamer le paiement d'une gratification proportionnelle à ce que le chapitre accordait aux enfants ayant terminé leur service.

• [septembre 1793], Clermont-Ferrand : Un état des enfants de chœur employés dans les églises du district de Clermont-Ferrand précise qu'une gratification de 200 livres a été accordé aux enfants de chœur de la cathédrale, conformément à la loi du 1er juillet 1793.

• 9 juillet 1797, Clermont-Ferrand : Il se signale dans les événements sanglants du Bois de Cros. Il s'agit d'un funeste épisode de la Révolution à Clermont au cours duquel périr plusieurs républicains des mains d’une foule lassée par les événements. Parmi les activistes cités par Philippe Bourdin, Henry CHASSAGNAT donc et un autre ex-enfant de la cathédrale, François MONNET. Racontant en détail le déroulement de cet épisode sanglant, Philippe Bourdin explique « qu’à la lutte politique, va s’ajouter une réelle vengeance sociale ». Il cite alors une phrase qu’aurait prononcée le fils du concierge de l’ancien propriétaire des lieux en s’acharnant sur un cadavre : « Si monsieur de Beaune étoit ici, on le réintégreroit dans son château ». L'auteur de cette phrase est sans aucun doute François MONNET, dont le père exerçait bien la profession de concierge au service du vicomte de Beaune, comme spécifié dans son acte de baptême.

• 21 juillet 1805, Clermont-Ferrand : Sa première épouse, Élisabeth Clémensat, décède.

• 5 février 1806, Clermont-Ferrand : Il épouse en seconde noce Marie Cellier.

• 26 juin 1826, Clermont-Ferrand : Il décède âgé de 47 ans. Il est dit voiturier et ancien maître cordonnier.

Mise à jour : 8 juin 2020


<<<< retour <<<<