Login
Menu et informations
LEMERCIER, Julien (1768-1827)
État civil
NOM : LEMERCIER     Prénom(s) : Julien     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : LE MERCIER
Date(s) : 1768-1-1  / 1827-2-26
Notes biographiques

La Révolution aurait pu briser sa trajectoire : elle ne fait que la ralentir. L'ancien enfant de chœur devenu serpent se reconvertit provisoirement dans l'imprimerie, avant de revenir à la cathédrale participer activement à la reconstruction de la musique au moment du Concordat, puis de devenir maître de la psallette reconstituée, en 1812.

• 1er janvier 176 8, La Chapelle-Saint-Fray [Sarthe] : Fils du sacriste du village, qui sans doute en était également le chantre, Julien LEMERCIER naît dans ce village situé à une quinzaine de kilomètres au nord du Mans. Son oncle René LEMERCIER est alors musicien (serpent) à la cathédrale du Mans.

• 22 mars 1776, Le Mans : Julien LEMERCIER devient enfant de chœur à la Cathédrale Saint-Julien. Son oncle René LEMERCIER en est alors le maître de musique. Il sera ensuite formé brièvement par LESUEUR (1782-83), puis par François MARC.
• Juillet 1777, Le Mans : Son frère Jacques entre à son tour à la psallette de la cathédrale.

• [Vers 1787], Le Mans : Son temps fini, Julien LEMERCIER quitte la psallette cathédrale. A-t-il obtenu tout de suite la place de serpent à La Couture où il est attesté ensuite ?

1790, Le Mans : Clerc tonsuré, confrère de St-Michel (le bas-chœur), titulaire d'une chapelle, il est serpent à l'Abbaye de La Couture à 200 livres d'appointements annuels.
• 28 décembre 1790, Le Mans : Les administrateurs du district estiment qu'il doit lui être accordé une pension de 250 livres.

• 2 juin 1795, Le Mans : Julien Lemercier, imprimeur, épouse Marguerite Bellanger, fille d'un laboureur de Sargé, un village tout proche de la ville.

• Après le Concordat, il aide son oncle René LEMERCIER à reconstruire la psallette cathédrale.

• Avril 1805, Le Mans : Julien LEMERCIER est attesté comme serpent à la cathédrale St-Julien.

• 5 juillet 1812, Le Mans : Il est officiellement nommé maître de psallette. François MARC reste le maître de chapelle, mais il est ainsi déchargé de l'éducation des enfants de chœur.

• 17 janvier 1823, Le Mans : "Julien Lemercier musicien" assiste au mariage de sa jeune nièce Pauline avec René COINDON, l'organiste de la cathédrale.

• 26 février 1827, Le Mans : À sa mort, il est dit Maître de Musique de la Psallette de la cathédrale.

Mise à jour : 29 octobre 2016

Sources
F-Ad72/ BMS La Chapelle-St-Fray ; F-Ad72/ L 358 ; F-Ad72/ L 568 ; F-Ad72/ MD Le Mans 1819 ; F-Ad72/ NMD Le Mans ; F-AdioLe Mans/ fonds Esnault ; F-AdioLe Mans/ nc ; Granger, Hubert, Taroni, Journal d'un chanoine du Mans…, 2013. ; Revue et Gazette Musicale de Paris, 14 février 1841. ; S.Granger, Les Métiers de la musique…, thèse, 1997.

<<<< retour <<<<