Login
Menu et informations
BOUCHERON, Antoine (1749-1813)
État civil
NOM : BOUCHERON     Prénom(s) : Antoine     Sexe : M
Date(s) : 1749-2-23  / 1813-3-19
Notes biographiques

Antoine BOUCHERON est un clermontois d'origine qui effectue l'ensemble de son parcours au service de la cathédrale de Clermont, comme enfant de chœur d'abord puis comme musicien. Après 1790 on le retrouve au théâtre et il est toujours mentionné comme musicien dans son acte de décès en 1813.

• 23 février 1749, Clermont-Ferrand : Fils de Jean-Baptiste cordonnier et de Marguerite Trinquaud, Antoine BOUCHERON vient au monde paroisse Notre-Dame du Port.

• [1755-1765], Clermont-Ferrand : Il est enfant de chœur au service de la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption et reçoit probablement l'enseignement de Louis GRÉNON à la fin de son service.

• vers 1765, Clermont-Ferrand : On peut supposer qu'il termine son service d'enfant de chœur à ce moment-là après 10 ans pour devenir musicien habitué.

• 7 octobre 1777, Clermont-Ferrand : Il épouse Marie Bousirbin paroisse Saint-Pierre.

• 13 septembre 1780, Clermont-Ferrand : Son fils Léger nait et est baptisé le même jour paroisse Notre-Dame du Port de Clermont-Ferrand.

Jusqu'en 1790, Clermont-Ferrand : Il est musicien de la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption où il côtoie notamment Louis-Marcel BAYART, Jean GAYET, Jean-Baptiste MOREL, Pierre MALIDOR, Gilbert LAUDET, Michel LIEBAULT, Léger BOUTAL. Il déclare 432 livres de gages annuel au moment de la fermeture du chapitre.

• 29 mai 1790, Clermont-Ferrand : Lui et les musiciens de la cathédrale adressent une pétition au Comité ecclésiastique pour toucher une pension. Bayart signe pour tous. Le directoire du département du Puy-de-Dôme adresse une question au Comité ecclésiastique en mentionnant qu'il a accordé un secours provisoire de 120 livres à chacun des demandeurs.

• 15 décembre 1790, Clermont-Ferrand : Un médecin lui délivre un certificat concernant les violents accès de goutte dont il souffre.

• Avril 1791-1792, Clermont-Ferrand : Suite au départ du maître de musique Louis-Marcel BAYART, il devient le maître de musique de la cathédrale qui continue de fonctionner pour quelques mois.

• 4 juin 1791, Clermont-Ferrand : Il réclame le paiement de ses frais pour quatre musiciens (Louis GARAND, Vincent CHINEL, Felipe PRIEUR, Joseph GLAUDEL) qu'il a invité à la cathédrale (l'occasion n'est pas précisée). Le vicaire de la cathédrale transmet sa demande au directoire du département.

• [1792], Clermont-Ferrand : Il s'adresse au directoire du district en tant que maître de musique de la cathédrale afin de réclamer le paiement de sa pension.

• [1806], Clermont-Ferrand :  Il joue, en compagnie de Jean CONCHE (ex-enfant de chœur à Saint-Genès) dans la fosse de la nouvelle Comédie et "interprétant notamment La Bonaparte avant le lever du rideau ou accompagnant le répertoire de circonstance porté à l'affiche" (Cyril Triolaire, Le théâtre en province pendant le Consulat et l'Empire, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2012, 561 p.). On sait qu'il fait partie, depuis la fin du siècle précédent, d'une loge maçonnique en compagnie de Michel LIEBAULT et les frères VEILLARD-LÉPINE Étienne et Gaspard (Source Yves Beaurepaire, Les Francs-Maçons à l'Orient de Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle, Presses universitaires Blaise-Pascal, 1991, 365 p.).

• 19 mars 1813, Clermont-Ferrand : Il décède âgé de 64 ans en sa maison de la rue Saint-Barthélemy (section du nord). Il est mentionné comme musicien.

                                                                                                                                                                                          Mise à jour : mai 2020

Sources
C. Triolaire, "Les musiciens d'Église [...]", Revue de Musicologie, 94, 2008 ; F-Ad63/ 3 E 500 482 ; F-Ad63/ 6 E 113 208 ; F-Ad63/ 6 E 113/3 ; F-Ad63/ L 2607 ; F-Ad63/ L 2608 ; F-An/ DXIX/091/782/01-04 ; N. Da Silva, Le chapitre cathédral de Clermont…, 1993 ; Ph. Bourdin, Des lieux, des mots…, 1995

<<<< retour <<<<