Login
Menu et informations
PASCAL, Antoine (1746-1812)
État civil
NOM : PASCAL     Prénom(s) : Antoine     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : PASCHAL
Date(s) : 1746-3-9   / 1812-4-27 
Notes biographiques

Antoine PASCAL, ou PASCHAL, est en 1790 organiste de la collégiale Notre-Dame de Semur-en-Auxois, après avoir d'abord été en poste à l'abbaye de Pontigny, dans le diocèse d'Auxerre. Fils d'un maître charpentier, il appartient à une famille où la musique d'orgue est importante puisque deux de ses frères sont également organistes, tandis que sa sœur Marie-Anne-Cécile a épousé un facteur d'orgues.

• 9 mars 1746, Charly [depuis 2006 : Charly-sur-Marne, commune de l'Aisne] : C'est dans cette petite ville située sur la rive droite de la Marne, en plein terroir viticole, et dans le diocèse de Soissons, que naît et est baptisé Antoine PASCAL. Il est l'un des enfants de Jean Pascal (maître charpentier) et de Marie-Jeanne Charbonnier. Antoine est donc un frère cadet des futurs organistes Jean et François PASCAL. Il a pour parrain un autre de ses frères, Jean-Antoine. Le prénom de Cécile donné à leur sœur laisse supposer une famille déjà musicienne.

• À partir d'une date qui reste à découvrir [antérieure à Pâques 1776], Antoine PASCAL, ou PASCHAL, devient l'organiste de l'abbaye cistercienne masculine de Pontigny [Yonne], située à 18 km au nord-est d'Auxerre.

• 22 avril 1776, Rozay-en-Brie [Seine-et-Marne] : Antoine PASCAL "organiste à Pontigny" est présent au mariage de sa sœur Marie-Anne-Cécile avec  René COCHU, facteur d'orgues à Auxerre. À ses côtés : ses frères François PASCAL "organiste à Joigny en Bourgogne" et Jean PASCAL, "organiste de cette église" [de Rozay].

• 9 mars 1777, Auxerre : Antoine PASCHAL, "organiste de Pontigny", est le parrain d'une nièce, fille de René COCHU, facteur d’orgue, et de Marie-Anne-Cécile Paschal, baptisée paroisse Saint-Eusèbe d'Auxerre.

• Au plus tard en juillet 1782, Antoine PASCAL est remplacé à l'orgue de Pontigny par le sieur KALBLÉ. On peut penser que c'est alors qu'il devient organiste à Semur, mais ce point reste à préciser. L'orgue de Semur a été réparé par Joseph RABINY en 1776. PASCAL pourrait y être arrivé aussitôt après la fin des travaux de Rabiny.

1790, Semur-en-Auxois [Côte-d'Or] : Le sieur PASCAL est l'organiste de la collégiale Notre-Dame de Semur. Ses appointements annuels se montent à 400 livres, une moitié étant financée par la paroisse, le chapitre payant l'autre. L'orgue qu'il touche a été construit par le facteur RIEPP en 1752. La collégiale rémunère un étroit corps de musique composé d'un maître de musique (qui, jusqu’à l’été 1789, était Claude AMIDEY décédé à son poste le 5 août 1789 et qui ne semble pas avoir été remplacé) et des chantres Louis POILVEY, Jacques-Hubert TROUSSEAU, renforcés par la voix d'au moins un chapelain, Nicolas BOQUIN, voix soutenues, donc, par le serpent de Jean LAMBLOTainsi qu'un serpent, Jean LAMBLOT.

• [1791], Semur-en-Auxois : Le sieur PASCAL est toujours organiste au service de l'église paroissiale (et ancienne collégiale) Notre-Dame. À ce titre, le 27 mai 1791, il reçoit la somme de 30 livres 10 sols pour ses gages. Les comptes de 1791 et de 1792 montrent toujours des sommes versées à l'organiste.

• 9 février 1792, Semur-en-Auxois : Dans l'église paroissiale Notre-Dame, devant des témoins en majorité vignerons, est célébré le mariage entre "Antoine PASCHAL organiste dans la paroisse de Semur, y demeurant" et Jeanne Tribouillard. Tous deux sont majeurs (le marié a déjà 46 ans) et ont en commun d'être tous deux orphelins d'un père charpentier. On peut donc considérer qu'il s'agit d'un mariage endogamique, malgré la profession atypique du marié.

• [1793], Semur : Antoine PASCAL, organiste, est membre du club des jacobins. Il est aussi "commis au district de Semur".

• 24 prairial an III [12 juin 1795] : Les citoyens administrateurs du directoire du district de Semur, saisis d'une pétition des habitants qui protestent "contre l’adjudication du jeu d’orgue qui se trouve dans la cy devant église collégiale et paroissialle dudit Semur" et qui demandent d'arrêter "que le dit jeu d’orgue ne sera pas vendu et qu’il restera dans l’état où il est", acceptent qu'il soit "surcis à la vente du jeu d’orgue existant dans la ci-devant église Notre Dame de Semur".

Après la Terreur, à la reprise du culte, Antoine PASCAL semble avoir repris son métier d'organiste, tout en touchant la pension servie par l'État au titre de ses services antérieurs. La vente de l'orgue, un temps prévue, a en effet été différée et il a survécu.

• 27 avril 1812, Semur-en-Auxois : Lors de son décès, Antoine PASCAL est dit "organiste, et pensionné de l'état".

Son identité professionnelle survit aux années : lorsque, longtemps plus tard, le 26 janvier 1848, est enregistré le décès de sa veuve, Jeanne Tribouillard, chez elle, place de la Comédie, elle est dite "veuve d'Antoine PASCAL qui était organiste en cette ville".

Mise à jour : 28 août 2018

Sources
F-Ad02/ BMS Charly-sur-Marne ; F-Ad21/ BMS Notre-Dame de Semur-en-Auxois ; F-Ad21/ G 3297 ; F-Ad21/ NMD Semur-en-Auxois en ligne ; F-Ad77/ BMS Rozoy ; F-Ad89/ BMS St-Eusèbe d'Auxerre ; M. Henriot, Le club des jacobins de Semur..., 1933

<<<< retour <<<<