Login
Menu et informations
ANDRIEU, Jean (1778 av.-1795 ap. fl.)
État civil
NOM : ANDRIEU     Prénom(s) : Jean    
Autre(s) forme(s) du nom : ANDRIEUX
Date(s) : 1778 av.  / 1795-10-2 ap.
Notes biographiques

La présente notice doit être lue avec prudence car beaucoup d'incertitudes n'ont pas réussi à être levées au terme de l'enquête sur ce musicien (ou peut-être ces musiciens). Les noms d'un ou de plusieurs ANDRIEU qui exerçai(en)t à Bordeaux figurent en effet dans plusieurs documents avant et après la Révolution, sans qu'il soit pour autant possible de les associer pour le moment à un seul et même homme.    

• 1778, Bordeaux : Un nommé ANDRIEU, haute-contre, apparaît dans les registres de comptabilité du chanoine receveur de la collégiale Saint-Seurin. Il touche 400 livres pour une année de ses gages.
• 31 janvier 1779, Bordeaux : Ce musicien reçoit 133 livres 6 sols 8 deniers pour avoir exercé pendant 4 mois. Il quitte alors la collégiale.

• 10 décembre 1787, Bordeaux : On retrouve ensuite le nom d'un ANDRIEU sur une pièce comptable de la cathédrale Saint-André. Mais rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit toujours du musicien ci-dessus. Il touche 3 livres pour avoir chanté "la messe de Bosque".

1790, Bordeaux : Un certain ANDRIEU intervient comme choriste à la cathédrale Saint-André, sans doute avec un statut de gagiste. Ses pointes s'élèvent à 12 livres 10 sols en novembre ainsi qu'en décembre. A-t-on affaire au même homme ?

• [1790 - 1791], Bordeaux : Les musiciens de la cathédrale Saint-André adressent une pétition collective à l'Assemblée Nationale pour obtenir un secours. ANDRIEU ne fait pas partie des signataires.
• 19 mars 1791, Bordeaux : ANDRIEU "musicien de Saint-André, basson" se voit accorder par le directoire du district la somme de 25 livres "sans tirer à conséquence sauf s'il est remployé par la nouvelle fabrique".
• 10 septembre 1791, Bordeaux : ANDRIEU n'est pas cité dans un état des charges musicales de la fabrique de la cathédrale Saint-André. Il ne semble donc pas avoir été reconduit dans ses fonctions.

• 14 prairial an III (2 juin 1795), Bordeaux : Marguerite Note, épouse d'un Jean ANDRIEUX "musicien actuellement sur les frontieres au service de la republique" met au monde une petite fille.
• 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1795), Bordeaux : Un corps de musiciens se forme au sein de la Garde Nationale. Le nom d'un ANDRIEU peut être relevé parmi les joueurs de basson.

Mise à jour : 20 novembre 2016

Sources
F-Ad33/ 1 Q 1393 ; F-Ad33/ G 1498 ; F-Ad33/ G 1500 ; F-Ad33/ G 3300 ; F-Ad33/ G 3334 ; F-Am Bordeaux/ H 49 ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Centre

<<<< retour <<<<