Login
Menu et informations
MOLINIER, Antoine (1782 av.-1792 ap.)
État civil
NOM : MOLINIER     Prénom(s) : Antoine     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : MOLYNIER
MOLINIÉ
Date(s) : 1782 av.  / 1792-4 ap.
Notes biographiques

Antoine MOLINIER est maître de la psallette de la cathédrale d'Agen en 1790, avant d'être dépossédé de cette fonction.

• Vers 1782, Agen : Antoine MOLINIER, prêtre, est nommé probablement autour de cette date maître de la psallette et, peut-être, maître de musique de la cathédrale d'Agen. En effet, au moment de rendre en 1791 la maison dont il jouissait à ce titre, il déclare y avoir fait des travaux depuis 9 ans.

• 3 septembre 1790, Agen : Lors du bilan des comptes de la cathédrale, MOLINIER fait partie du groupe des douze prébendés qui, joints à deux hebdomadiers et aux titulaires de petits offices (massier, carillonneur...), forment le bas-chœur. Il est en outre maître de la psallette de la cathédrale d'Agen et a trois enfants de chœur pour la pension desquels il est rétribué (800 livres). Il reçoit encore 225 livres en sacs de blé pour la psallette (probablement pour la nourriture des enfants) et 325 livres pour l'entretien, le vestiaire et l'éducation des enfants.
• 18 octobre 1790, Agen : Antoine MOLINIER adresse une supplique au directoire du district d'Agen. Examinée le 20 novembre suivant, celle-ci souligne la perte de la maison qu'il occupait de droit et pour laquelle il réclame une compensation. Il demande en outre qu'il lui soit accordé "un traitement à raison de la perte qu'il vient d'éprouver de l'office de me de musique et des enfants de chœur, employ qu'il regardoit comme sa retraite et qui lui donnoit un logement et une honnête pension dont il se voit privé aujourd'huy et reduit à la Rue".

• 3 janvier 1791, Agen : Le traitement de MOLINIER est fixé par le Directoire du district à la hauteur de 960 livres 7 sols 10 deniers.
• 2 septembre 1791, Agen : Un administrateur du district se rend à la maison de la psallette pour en retirer les effets et les confier à Étienne BOCQUET, maître de musique de la cathédrale constitutionnelle. MOLINIER se plie à la décision et reçoit, à la demande de Boquet, une paire de draps de lit et six chaises déduites de l'ensemble. Antoine MOLINIER voit ainsi ses anciennes fonctions lui échapper définitivement.

• 1792, Agen : MOLINIER, "ci-devant prébendé", est porté sur la liste des musiciens de la cathédrale pour le quartier d'avril (269 livres 9 sols). Il semble donc avoir trouvé au sein de son église un nouvelle situation après avoir perdu la direction de la psallette.

La suite du parcours de ce maître de musique assez obscur n'est pour l'heure pas connue.

Mise à jour : 8 septembre 2016

Sources
F-Ad33/ G 1019 ; F-Ad47/ 1 Q 33 ; F-Ad47/ L 529 ; F-Ad47/ L 553 ; F-Ad47/ L 554
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1782 ca  / 1791-9-2
Lieux :  Cathédrale Saint-Étienne (AGEN)  
Fonction :  maître des enfants de choeur (Église)  ;  chanoine semi-prébendé  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : clerc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<