Login
Menu et informations
BECQUET , François (1756-1793)
État civil
NOM : BECQUET      Prénom(s) : François     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BEQUET
BECHET
PECQUET
Date(s) : 1756-10-30   / 1793-8-12
Notes biographiques

Bourgade fortifiée baignée par le Thouet, Montreuil-Bellay était du diocèse du Poitiers avant d'être réunie au diocèse d'Angers en 1802. Les deux villes sont éloignées de dix lieues. Les érudits et historiens semblent s'être intéressés aux évènements des Guerres de Vendée qui ont été violentes à Montreuil, notamment en 1793 année de décès de l'organiste BECQUET. Sa formation, les raisons de sa venue au chapitre de Montreuil restent obscures. Natif du Maine, il apparaît à Montreuil lors de son mariage avec une fille de notable en 1783. En revanche sa fonction d'organiste est citée dans les trois actes d'état civil connus ainsi que dans la série L des archives révolutionnaires. Micheline de Grandmaison dans son étude de Montreuil-Bellay au congrès archéologique d'Anjou en 1964 rapporte une tradition significative. "Pendant les offices le chapitre des chanoines se groupait à la hauteur du sacraire et l'usage voulait que ses membres fussent enterrés à cet emplacement. De même, lorsqu'ils prenaient possession de leur canonicat, ils étaient tenus à "faire entrée" dans la collégiale à cheval, bottés, éperonnés et portant le faucon sur le poing".

• 30 janvier 1756, Sainte-Croix [Sarthe] : François PEQUET est baptisé le jour de sa naissance. Le père et les parrain, marraine signent l'acte.

• La période de formation de François BECQUET, enfant de chœur ou organiste reste à établir. Sainte-Croix est sise à proximité du Mans ce qui oriente vers l'une des deux psallettes : la cathédrale Saint-Julien ou la collégiale Saint-Pierre-la-Cour. BEQUET n'étant pas cité parmi les pueri des archives capitulaires de la collégiale, l'hypothèse de la cathédrale dont les registres ont été perdus est privilégiée.

• av. 1783 : Le recrutement de F. BECQUET par le chapitre de Montreuil-Bellay reste à déterminer. Il succède à Moreau (1720-1759).
L'instrument sur lequel joue BECQUET est bien différent de celui du Puy-Notre-Dame voisin. Conçu en 1663 par un frère organiste religieux, destiné à un chapitre de religieux il est placé sur le jubé de l'église, a une montre de 4 pieds et 8 jeux.

•  4 février 1783, Montreuil-Bellay [M&L] : Sieur François BECQUET, 27 ans, épouse Demoiselle Ursule Marguerite Ganne de Coulon, 34 ans, à l'église paroissiale de Saint-Pierre de Montreuil. C'est un acte fondateur pour sa biographie car il indique qu'il est originaire du Maine, que feu son père était bourgeois de Sainte Croix. Demoiselle Ganne est fille d'un cirier, une famille implantée dans la cité et présente au mariage. Un fils leur naîtra dès le mois de décembre 1783, Jean François. Il aura pour parrain le chanoine Gourion.

En 1790, François BECQUET est organiste au chapitre de la collégiale de Montreuil-Bellay alors que le chapitre peine à recruter un maître de psallette en remplacement du Sieur HELIOT décédé en 1782. Trois à quatre enfants de chœur sont instruits par des maîtresses d'école rémunérées à raison d'1 lt par mois et par enfant. Des comptes d'intendance sommaire tenus par le "secrétaire" livrent entre 1786 et 1788 les patronymes des enfants dont un, FOURNIER, est fils du maçon. Le garçon décourage deux maîtresses d'école successives et finit par être congédié. Il s'agit d'un chapitre castral sur le déclin tout comme la bourgade qui semble tombée dans l'oubli.

• 1790-1793, Montreuil-Bellay : Les tableaux établis par le district de Saumur [M&L] dont fait partie Montreuil-Bellay jalonnent la fin du parcours professionnel du sieur BEQUET. Sa rémunération en 1790 était de 150 lt annuelles. Les pensions versées sont 37 lt 10 s par trimestre, à l'exception d'un paiement le 15 avril 1792 de 38 lt 5 s. Son nom est supprimé des pensionnés en 1793, ce qui coïncide avec sa date de décès. Le maître de psallette Michel VIDY mentionné à Montreuil est en réalité en résidence après être passé par Brissac [M&L].

• 11 août 1793, Montreuil-Bellay : François BECQUET est décédé chez lui ainsi que l'indiquent les deux comparants qui ne savent signer. Il a 37 ans. Compte tenu de la date les causes de son décès interrogent. Est-il fortuit ou corollaire à la bataille de Montreuil de juin 1793 ?

Mis à jour : 7 mai 2018

Sources
DUFOURCQ, Le livre de l'orgue français, 1971 ; F-Ad49/ 1L 982 ; F-Ad49/ 26 G 4 ; F-Ad49/ 7 L 222 ; F-Ad49/ BMS Montreuil-Bellay ; F-Ad72/ BMS Sainte-Croix ; J. Noblet, La collégiale N-D de Montreuil-Bellay..., 2009

<<<< retour <<<<