Login
Menu et informations
DARNAULT, Jacques, le père (ca 1682-1770)

DARNAULT, Jacques, le père (ca 1682-1770)

État civil
NOM : DARNAULT     Prénom(s) : Jacques     Sexe : M
Complément de nom : le père
Autre(s) forme(s) du nom : DARNAUT
DARNAUD
DARNEAU
D'ARNAULT
DARNOST
Date(s) : 1682 ca  / 1770-4-9
Notes biographiques

DARNAULT fait partie de ces patronymes dont la graphie subit sans cesse des variations. Si l'on se fie à la signature du musicien le jour de son mariage, il convient d'adopter "Darnault" (mais tout au long de sa vie ensuite, il hésitera lui-même entre plusieurs versions, tentant notamment parfois un "d'Arnault").
Jacques DARNAULT est représentatif des musiciens profanes pluriactifs si nombreux dans les villes des provinces, entrelaçant le jeu et la fabrication de violons à l'enseignement de la danse. Il donne naissance à une amorce de dynastie elle aussi consacrée à la musique et à la danse, mais qui tissera des liens avec la musique d'Église.

• 12 septembre 1706, Orléans : Dans l'église paroissiale Saint-Paul, Jacques DARNAULT âgé de 24 ans, de la paroisse de St-Donatien, épouse Marie-Julienne Trincart, fille de feu Claude Trincart et de Marie Poitevin, âgée de 20 ans, de Saint-Paul. Aucun métier n'est indiqué.

• 8 juillet 1707, Orléans : Lors du baptême de son fils aîné, Regnault-Jacques, à Saint-Donatien, Jacques DARNAULT est donné comme "boutonnier".

• De 1708 à 1728, suivront 17 autres naissances. Les baptêmes ont tous lieu paroisse Saint-Donatien, sauf un enregistré paroisse Saint-Maclou, où la famille a résidé durant l'automne et l'hiver 1714-1715 avant de revenir à Saint-Donatien.
Le père, d'abord boutonnier ou maître boutonnier, évolue rapidement vers la musique, la lutherie et la danse. Dès le baptême de 1712, le célébrant cesse définitivement de le dire boutonnier ou maître boutonnier. On remarque que le parrain choisi en 1712 est François Mauban (père du futur musicien maître à danser). Toutefois le père Mauban est cordier et son lien à lui avec les métiers de la musique n'est pas avéré...
Le baptême de 1715, seul baptême conféré en dehors de la paroisse Saint-Donatien, à Saint-Maclou, qualifie Jacques DARNAULT de "faiseur d'instruments", activité de lutherie confirmée et précisée par le baptême de 1726 qui le dit "faiseur de violons".
Seuls l'acte de sépulture d'un enfant mort-né le 22 décembre 1724 et le dernier baptême relevé, celui de 1728, donnent Jacques Darnault comme maître à danser. Il est vrai que lors de cette dernière cérémonie, le parrain est un "maître en fait d’arme" (qui se dit "ecuier du Roy" et se fait appeler "Monsieur Nicolas Fremont de la Pierre" mais est à peine alphabétisé), et la marraine épouse de Marcou CRESPION, repéré par ailleurs lui aussi comme maître à danser.

• 4 novembre 1713 : Jacques DARNAULT, de la paroisse de St-Donatien, sans plus de précision, est le parrain de François MAUBAN à Notre-Dame du Chemin, 5ème enfant du cordier François Mauban et de son épouse Élisabeth Bourdin. Quel rôle jouera-t-il dans l'acquisition de la formation professionnelle du jeune garçon ?

• 7 octobre 1723 : Son fils Jacques Regnault tient à son tour sur les fonts baptismaux de la paroisse Notre-Dame du Chemin un enfant du couple Mauban / Bourdin (le douzième). Jacques-Regnault a seize ans. François Mauban en a dix. On peut imaginer les deux adolescents progressant ensemble dans l'apprentissage du violon et de la danse sous la conduite de Jacques DARNAULT père.

• 25 février 1737, Orléans : Dans l'église de Saint-Sulpice, paroisse où la famille réside désormais, son fils aîné, Jacques-Regnault, épouse Jeanne-Françoise Moyreau, sœur de l'organiste Christophe MOYREAU. L'acte de mariage n'indique aucun métier pour aucun des protagonistes, mais la signature "Christophe Moyreau org" vient rappeler l'état d'organiste du frère de la mariée...
• 28 novembre 1737 : Dans l'église de Saint-Sulpice, sa fille Françoise épouse Firmin Baudeduy, fils d'un "faiseur de bas au métier" de la paroisse de Saint-Donatien. Cette fois, le père DARNAULT est qualifié de "ménétrier" par son curé.
• 7 décembre 1737 : Dans l'église de Sainte-Catherine, Jacques DARNAULT est parrain de Jeanne-Françoise, la première-née de son fils "Jacques "Renaud" DARNAULT et de Jeanne-Françoise Moyreau. Il signe "jacques D’arnault".

• 22 août 1738, Orléans : Marie-Julienne Trincard, "femme de Jacques DARNAULT maître à danser", décède à l'âge d’environ 52 ans, paroisse Saint-Sulpice. Elle est inhumée le lendemain "dans le grand cimetière de cette ville".

• 23 janvier 1740, Orléans : Le sieur Jacques DARNAUD, veuf de Marie Julienne Trinquard, qui habite maintenant paroisse Saint-Maclou, se remarie. Il épouse Marie Guillot [ou Guillet], veuve de Guillaume-Nicolas Sainsard [Sainsart, Sinsard], de la paroisse de Saint-Paterne. Aucun métier n'est indiqué dans l'acte. De son premier mariage, Marie Guillot a eu (au moins) un fils, Guillaume SAINSARD, qui deviendra maître de danse...

• 18 février 1741 : Jacques DARNAULT (dont la signature est déjà très tremblée) assiste à la sépulture "dans le grand cimetière de cette ville" de sa belle-fille  Jeanne-Françoise Moyreau, "femme de Jacques René DARNAUT", décédée paroisse Sainte-Catherine à l'âge de 35 ans.
• 7 juillet 1741 : Dans l'église paroissiale Saint-Germain, "Mr Jacques DARNAULT, père de l'époux" assiste en compagnie de son épouse Marie Gillot et de Jeanne Patenôtre, femme de Christophe MOYREAU, au remariage de son fils aîné, avec la fille majeure d'un "marchand", Marguerite Jousset. Il signe "jacques D'arnault".

• 12 février 1745 : À Saint-Pierre-Ensentelée est baptisé le troisième petit-fils issu de la nouvelle union de son fils aîné. La marraine est "Dame Marie Guillot, femme de Jacques DARNAULT maistre à danser d’Orléans".

• 20 décembre 1757, Orléans : "Au cimetière commun de cette ville" Jacques DARNAULT assiste à la sépulture de Jacques Darnault, 19 ans, son petit-fils, fils de son fils Jacques-Regnault DARNAULT et de feue Jeanne-Françoise Moyreau. Est aussi présent le frère de cette dernière, Christophe MOYREAU, alors organiste de la collégiale Saint-Aignan. En tremblant, le grand-père signe "jacques Darnault" dans le registre de la paroisse Saint-Pierre-Ensentelée.

• 10 avril 1770, Orléans : Au cimetière de la paroisse Saint-Paul est inhumé Jacques DARNAULT, toujours qualifié malgré son grand âge de maître de danse, veuf en premières noces de Marie Trincard et en secondes de Marie Guillot. Il est décédé la veille, âgé de 89 ans. Son fils Jacques Regnault DARNAULT et son beau fils Guillaume SAINSARD assistent à la cérémonie et signent l'acte.

Mise à jour : 17 août 2019

Sources
F-Ad45/ BMS ND du Chemin ; F-Ad45/ BMS St-Donatien ; F-Ad45/ BMS St-Germain, Orléans ; F-Ad45/ BMS St-Paterne ; F-Ad45/ BMS St-Paul ; F-Ad45/ BMS St-Pierre-Ensentelée ; F-Ad45/ BMS St-Sulpice ; F-Ad45/ BMS Ste-Catherine ; FAd45/ BMS Ste-Catherine

<<<< retour <<<<