Login
Menu et informations
DULUC, Jean-Baptiste (1716 av.-1761)
État civil
NOM : DULUC     Prénom(s) : Jean-Baptiste     Sexe : M
Date(s) : 1716 av.  / 1761-10-25
Notes biographiques

• Lieu et date inconnus : naissance de Jean-baptiste DULUC.

• 3 novembre 1716, Tours : Jean-Baptiste DULUC [il signe DULUCQ], "bénéficier de St-Gatien", signe comme témoin au mariage d'Augustin LABOUREAU, futur musicien symphoniste de la collégiale Saint-Martin.

• 6 décembre 1730, Paris : Jean-Baptiste DULUC est nommé maître de musique à la cathédrale.

• 6 février 1732, Paris : Clerc du diocèse de Bazas, il devient chapelain de Sainte-Catherine amorçant ainsi une carrière bénéficiale au sein de l’Église de Paris.

• Fin juillet 1734- 31 décembre 1737, Chartres : Il est maître de musique de la cathédrale. Le 14 août 1734, il est reçu une première fois chanoine de Saint-Piat (chapelle attachée à la cathédrale offrant des prébendes aux chantres) et y remplace Louis HOMET, sorti. Il compose plusieurs motets. Il est remplacé mi mars 1738 par Antoine GOULET qui récupère également son canonicat.

• 3 février 1735, Paris : Devenu maître de musique de la cathédrale de Chartres, il s'est démis purement et simplement devant les notaires chartrains Langlois et Sanson de son canonicat et prébende sous-diaconal de Saint-Jean-le-Rond. Le chapitre décrète donc la vacance de ce bénéfice. L'acte est collé au registre: "Par devant les notaires royaux et apostoliques de la ville et diocese de Chartres, demeurant à Chartres soussignés, Me Jean DULUC, sous diacre du diocese de Bazas chanoine de saint jean le rond en l'Eglise de Paris maitre de musique de l'Eglise de Chartres demeurant à Chartres lequel a dit et declaré qu'il se demet purement et simplement de son canonicat de saint jean le rond et de tous les droits fruits et revenus en dependants entre les mains de Messieurs les venerables doyen chanoines et chapitre de ladite Eglise de Paris collateurs ordinaires dudit canonicat et consent que mesdits sieurs le confere [sic] a qui ils jugeront a propos et pour faire pareille declaration de sa part a mesdits sieurs et a tous les autres qu'il appartiendra constitue le sieur DULUC le porteur des presentes auquel il donne pouvoir de le faire [illisible], fait et passé a Chartres dans l'etude de Sanson l'un des dits notaires soussignés, le vingt septième jour de janvier mil sept cent trente cinq et ledit DULUC signe avec lesdits notaires dans la minute restée audit Sanson, controllé a Chartres le vingt huitième janvier mil sept cent trente cinq par castra qui a reçu six livres". Le chapitre verse quant à lui 13 livres 17 sols de frais de démission.

• [1733-1734, Tours : Jean-Baptiste DULUC est maître de musique à la cathédrale.

• [9 janvier] 1738, Tours : Il redevient maître de musique à la cathédrale Saint-Gatien.

• 9 février-18 février 1741, Tours : Le chantre en dignité de Villebois lui verse à trois reprises une somme d'argent pour un motif non précisé. La première somme a été ordonnée par le chapitre dans une délibération du 29 janvier précédent.

• 21 janvier 1750 - fin août 1753, Chartres : Jean-Baptiste DULUC redevient maître de musique de la cathédrale en remplacement de Gérard Michel BENOIST suite au désistement du premier candidat choisi par le chapitre, CHEVALLIER, maître de musique à Beauvais. Dès novembre, il argue de ses infirmités pour se faire dispenser de mâtines. En septembre 1751, il est convoqué par le chapitre en raison de l'indiscipline et du faible niveau des enfants de chœur.

• Le 21 août 1753, il prévient les chanoines qu'il est reçu maître de musique à Rouen. Il est remplacé à Chartres comme chanoine de Saint-Piat et comme maître de musique par Jean-Baptiste Claude PATTE.
• 25 août 1753, Chartres : Le sieur DULUC, prêtre, maître de musique, adresse une lettre de remerciement aux chanoines de la cathédrale Notre-Dame de Rouen qui viennent de le choisir comme maître de musique.  En octobre, il obtient une petite prébende dite "prébende des 15 livres".

• 17 août 1759, Rouen : À l'occasion du chapitre général de l'Assomption, le chapitre de la cathédrale Notre-Dame décide de "remédier aux abus qui se sont introduits dans la maîtrise" à cause des "infirmités de M. DULUC maître de musique ne luy permettent pas de veiller suffisamment sur la conduite des enfants de chœur". Le chapitre décide donc de lui adjoindre un sous-maître qui instruira les enfants de chœur dans la langue latine et veillera assidument sur leur conduite. Il recrute pour ce rôle maître Pierre-François Desvaux, diacre. Celui-ci sera nourri et logé à la maîtrise.

• 25 octobre 1761, Rouen : Jean-Baptiste DULUC décède "sur les sept heures du soir en la maîtrise". Le lendemain, il est inhumé dans la cathédrale, "devant la chapelle du Saint Esprit près la porte de la Calende". Durant les semaines qui suivent, la maîtrise est tenue par le sous-maître Desvaux et par un chapelain de chœur nommé Renoult, aidés par le grand enfant de chœur, BUGLE, qui fait exécuter plusieurs motets et donne des leçons aux autres enfants de chœur. Au chœur, c'est maître VOYER, "musicien", qui est chargé de "donner la mesure dans la musique de cette église". Le 15 janvier suivant, un nouveau maître est choisi : Pierre FERAY.

Mise à jour : 20 mars 2019

Sources
F-Ad28/ G 311 ; F-Ad28/ G 552 ; F-Ad28/ G312 ; F-Ad28/ G313 ; F-Ad37/ 6NUM7/ 261/ 125 ; F-Ad37/ G 151 ; F-Ad60/ 3E57/43 ; F-Ad76/ G 3674 ; F-Ad76/ G 4463 ; F-Ad76/ G 9854 ; F-Ad76/ G 9855 ; F-An/ H5/3674/2 ; F-An/LL/ 232/ 17 ; J.-A. Clerval, L'ancienne Maîtrise de ND de Chartres..., 1899

<<<< retour <<<<