Login
Menu et informations
VAYER, Julien Marin (1755-1830)
Orgue de Marolles-les-Braults
Orgue de Marolles-les-Braults

L'orgue installé en 1766 dans l'église de Marolles-les-Braults était touché en 1790 par Julien Marin VAYER (photo Michel Meunier, septembre 2014)

État civil
NOM : VAYER     Prénom(s) : Julien Marin     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : LE VAYER
LEVAYER
Date(s) : 1755-12-22  / 1830-7-16 
Notes biographiques

Comme les LEMARIÉ ou les CORBION dans d'autres villages du nord du Haut-Maine, Julien-Marin VAYER est un organiste de village qui survit grâce à une polyactivité obstinée, d'abord autour du textile, ce qui est fréquent, puis autour semble-t-il de la maçonnerie, ce qui l'est moins.

• Julien Marin VAYER naît le 22 décembre 1755 à Marolles-les-Braults [Sarthe]. Il est fils de l'un des deux sacristes de la paroisse.

• 21 juin 1786, Marolles-les-Braults : François CONNIN, fils de l'autre sacriste, qui était l'organiste de la paroisse depuis que celle-ci possédait un orgue (c'est-à-dire depuis 1766), meurt à l'âge de 45 ans. Au mois d'avril suivant, Julien VAYER apparait comme organiste au détour d'un acte BMS. Il a alors 31 ans. Il a selon toute vraisemblance été formé par François Connin.

• Le 31 août 1789, le procureur de fabrique et le curé de Marolles-les-Braults, alliés, essayent de faire embaucher un organiste extérieur à la paroisse, Marin Julien FAUVEAU, de Courcemont. Mais l'assemblée de fabrique refuse de financer ce qui était sans doute une condition à son installation à Marolles : la construction d'un logement dans le bourg. On peut penser qu'il y a eu une alliance des clans Connin / Vayer pour conserver le poste dans la famille.

• De 1788 à 1793, Julien VAYER figure comme organiste dans les comptes des procureurs de fabrique de Marolles-les-Braults, couvrant les années 1788 à 1792 : il touche 150 livres / an (selon Henri Chardon, comptes non retrouvés aux Ad Sarthe). Un certain COURBION / CORBION figure aussi dans les comptes de la fabrique mai 1788/ mai 1790 pour avoir touché l'orgue pendant 6 mois et l'avoir raccommodé (41 livres). Il s'agit de Pierre CORBION l'organiste de Moncé-en-Saosnois. QUAND se placent ces 6 mois par rapport à l'exercice de VAYER ??? La dernière quittance de Julien VAYER pour son salaire d'organiste (selon Chardon) date du 13 janvier 1793.

• 12 prairial V (31 mai 1797), Marolles-les-Braults : Le citoyen Julien Vayer, tisserand, se marie avec la citoyenne Jeanne Thérèse Yvon. Lors de la naissance de leur premier enfant, Julien Louis, le 15 ventôse VII (5 mars 1799), Julien Vayer est également dit tisserand.

• Julien VAYER redevient-il organiste à Marolles-les-Braults à la reprise du culte ?

• 16 juillet 1830, Marolles-les-Braults : Le décès de Julien Vayer, ancien maçon... est déclaré par son fils, Julien Louis, 31 ans, maçon. Même si cette reconversion professionnelle du tissage à la maçonnerie étonne, les indications sur son état-civil concordent (âge, parents) et il ne semble pas s'agir d'un homonyme.

Mise à jour : 13 janvier 2016

Sources
F-Ad72/ BMS en ligne ; F-Ad72/ état-civil en ligne ; H. Chardon, Histoire religieuse de Marolles-les-Braults, 1906
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1786-6 ap.  / 1793
Lieux : 
Fonction :  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<