Login
Menu et informations
LECOUTEUX, Étienne (1766-1830)
État civil
NOM : LECOUTEUX     Prénom(s) : Étienne     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COUTEUX
LE COUTEAU
LECOUTEAU
LECOUTEUX
LECOUSTEUX
Date(s) : 1766-11-10   / 1830-12-31 
Notes biographiques

Originaire de la région parisienne, Étienne COUTEUX ou LECOUTEUX est en poste à la cathédrale d'Auxerre lorsque la Révolution survient. Il se reconvertit alors en cordonnier.

• Étienne LECOUTEUX est né le 10 novembre 1766 à Romainville [actuellement en Seine-Saint-Denis], de Louis Lecouteux, qui en 1793 est dit jardinier, et de Thérèse Coqué. Il déclare avoir 23 ans au début de 1791 [en fait : 24 ans passés]. Il pourrait avoir été formé dans une psallette parisienne, cependant ses dossiers de 1790-1791 n'en gardent aucune trace.

• En mars 1788, Étienne LECOUTEUX est reçu musicien à la cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre. Il a 21 ans et quatre mois : est-ce son premier poste ?

1790, Auxerre : Étienne LECOUTEUX figure toujours dans les listes des musiciens de la cathédrale Saint-Étienne. Ses appointements sont de 550 livres.  Sous la direction d'Edme CHAPOTIN, chantent à ses côtés au chœur les "commis musiciens" Bonaventure BONNOTTE, Pierre CAMPENON, Romain CHERTIER, Nicolas GELIN, Edme Hubert PINON, tandis que Pierre JOBARD joue du serpent et que Jean-Joseph PALLAIS est toujours l'organiste en titre.
En juin 1790, "Couteux" est signataire du mémoire que les  musiciens de la cathédrale d'Auxerre adressent aux députés de l'assemblée nationale et aux membres du comité ecclésiastique, pour leur faire part de leurs craintes et de leurs réflexions sur la suppression des chapitres.
Le 1er février 1791, le département propose de lui accorder une gratification de 200 livres seulement, car "il n’a passé que deux ans et demi au service de l’église".
Le 2 juillet 1791, le département ordonne le versement de 100 livres, correspondant aux deux premiers quartiers d'une gratification qui doit lui être définitivement accordée. Sa gratification finale devrait être de 200 livres.

• Le 14 mai 1793, à Auxerre, Étienne LECOUTEUX rejoint les rangs nombreux des "mariés de l'an II" en épousant Anne Thérèse Bonnotte, l'une des filles de son ancien camarade de lutrin à la cathédrale, Bonaventure BONNOTTE, qui entre temps s'est replié sur son second métier : cordonnier. Or, justement, lors de son mariage, Étienne LECOUTEUX est lui aussi cordonnier. Il demeure "rue Croix de Pierre, chez le citoyen Dhalle, aussy cordonnier" : a-t-il appris le métier chez son logeur ou auprès de son futur beau-père ? Au mariage assistent plusieurs anciens piliers du corps de musique de la cathédrale : Hubert PINON, devenu commissaire de police, Pierre CAMPENON, marchand miroitier et Pierre JOBARD, seul à être dit maître de musique. On remarque aussi Joseph-Pierre RATHIER tailleur d’habits, qui pourrait être lui aussi lié au milieu musical.

• Le 22 novembre 1807, Étienne LECOUTEUX, 39 ans, cordonnier, gendre du décédé, accompagne son beau frère Antoine Bonnotte, 33 ans, lui aussi cordonnier à Auxerre, fils du décédé, pour effectuer à la mairie les démarches liées au décès de Bonaventure BONNOTTE, ancien "commis musicien" de la cathédrale.

* * *

• Le 31 décembre 1830, Alexandre Chevrillon, tailleur, vient déclarer le décès de son beau-père, Étienne LECOUTEUX, survenu une heure plus tôt, à 9 heures du matin, en son domicile à Auxerre, "rue porte chante pinot". Il le dit "propriétaire", agé de 64 ans, natif de Romainville, département de la Seine, et époux en secondes noces d’Élisabeth Françoise Daix.

Mise à jour : 27 août 2017

Sources
F-Ad89/ G 1810 ; F-Ad89/ L 28 ; F-Ad89/ M Auxerre an 2 ; F-Ad89/ NMD 1830 ; F-Ad89/ état civil en ligne ; F-An/ DXIX/090/738/09 ; F-An/ DXIX/092/790/04,05,27-29,37
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1788-3  / 1791-2
Lieux :  Cathédrale Saint-Étienne (AUXERRE)  
Fonction :  musicien (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : non renseigné    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<