Login
Menu et informations
DESFORATS, Jean Charles (1690-1762)
État civil
NOM : DESFORATS     Prénom(s) : Jean Charles     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : DESFORAT
Date(s) : 1690-7-24   / 1762-9-17 
Notes biographiques

Jean Charles DESFORAT est organiste de la collégiale Saint-Vincent de Bagnères-de-Bigorre, puis au couvent de Bonnecombe dans l'Aveyron avant de poursuivre sa carrière à la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse.

• 24 juillet 1690, Toulouse : Jean Charles DESFORATS, naît. Il est le fils d’André Desforats, barbier et perruquier du roi († 1712) et de Cécile LANES († 1718) sœur de l'organiste Mathieu LANES. Jean Charles DESFORATS est donc le neveu de Mathieu LANES.

• 1711, Bagnères-de-Bigorre [Hautes-Pyrénées]: Jean Charles DESFORATS est engagé pour 3 ans par les consuls de la ville comme organiste de la collégiale Saint-Vincent avec 240 livres de gages par an. Il succède là à Mathieu LANES.
 
• 22 septembre 1713 Bagnères-de-Bigorre : Jean Charles DESFORATS est remercié de Saint-Vincent. Les consuls engagent pour lui succéder un prêtre toulousain, Jean RAYNAUD, aux gages de 300 livres par an.

• 1713, Comps-la-Grandville [Aveyron] : Jean Charles DESFORAT est organiste du couvent de Bonnecombe.
• 5 mai 1718, Comps-la-Grandville : Jean Charles DESFORATS épouse Marie Balbec (Rodez, 1696 - Toulouse 9 mai 1738) ). Plusieurs enfants naîtront de cette union : Marie Angélique (1721-?) qui épousera le 4 septembre 1751 à Paris, Louis Honoré Hourel  ; Mathieu  (1725-?) qui sera organiste ; Marie Pierre (garçon) (1727-?) ; Françoise (1727 -1794) qui épousera Nicolas Vincent LEVENS le maître de musique de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse; François Charles (1728-?).La date à laquelle Jean Charles DESFORATS quitte Bonnecombe n’est pas connue, mais son fils Mathieu naît le 5 juillet 1721 à Toulouse. La famille a donc dû déjà avoir quitté l’Aveyron à cette date.

• octobre 1722, Toulouse : Jean Charles DESFORATS prend la succession de Guillaume LION organiste montpelliérain en poste à la tribune de Saint-Sernin depuis le 17 avril 1679 qui décède en 1722.
• 6 mai 1724, Toulouse : Le chapitre de Saint-Sernin révoque Jean Charles DESFORATS car « il a entrepris d’aller jouer du clavessin à l'opéra ».
• 20 mai 1724, Toulouse : Jean Charles DESFORATS est « rétabli » dans ses fonctions, sous promesse de ne plus aller jouer à l'opéra.

• 17 mars 1725, Toulouse : Jean Charles DESFORATS est nommé organiste de la cathédrale Saint-Étienne par suite du décès de son oncle Mathieu LANES. Il conservera ce poste jusqu'à sa mort en 1762. C'est Jean BEGUÉ qui lui succédera à Saint-Sernin.
• vers 1745, Toulouse : Jean Charles DESFORAT devient franc-maçon à la loge Saint-Joseph aux coté de : Jean ALBOUY haute-contre, Dominique CABROLY violoncelliste, Jean Charles DESFORATS organiste et des maîtres de musique Bernard Aymable DUPUY et Nicolas Vincent LEVENS.
• 7 janvier 1747, Toulouse : Jean Charles DESFORATS demande au chapitre la survivance de son poste pour son fils Mathieu DESFORAT, sans pour autant lui céder les claviers de l’orgue de la cathédrale.
• 31 juillet 1759, Toulouse : Les Affiches de Toulouse annoncent la parution de la « Nouvelle Méthode pour faire la partition du Clavecin plus simple & plus abrégé que toutes les autres, & divisée en trois observations, par Mr Desforat, Organiste de l’Eglise métropolitaine de Toulouse, & Maître de clavecin » ; l'annonce est renouvelée le 19 février 1760 citant à l'appui le témoignage du sieur PELEGRINI (claveciniste et compositeur).
• 23 avril 1761, Toulouse : Rappel de l’annonce de DESFORAT "[…] qui tient une classe publique, depuis près de deux ans, chez les révérends Pères Cordeliers de la Grande Observance, tous les mardis depuis 6 heures et demi jusqu’à près de neuf heures [… et qui ] depuis plus de 20 ans, il donne gratuitement des exemples sur la musique […]. Pour donner de l’émulation à ses élèves, il leur a promis de jouer tous les derniers jours de chaque mois, l’orgue de la cathédrale"

• 17 septembre 1762, Toulouse : Jean Charles DESFORATS décède, à l'âge de 72 ans ; il est enseveli dans la nef de la cathédrale.  Son fils Mathieu lui succède durant une courte période, avant de revenir à Nantes. Le sieur Jean-Baptiste COMBETTES sera alors nommé à Saint-Étienne.

Mise à jour : 19 janvier 2018

Sources
B. Michel, Le noël à grand chœur…, 2012 ; F-Ad12/ 2 E 64-15  ; F-Ad12/ 3 G 259 ; F-Ad12/ 3 G 265 ; F-Ad31 /2 E IM 8413 ; F-Ad31/ 2 E IM 8353 ; F-Ad31/ 2 E IM 8426 ; F-Ad31/ 3 E 28627 ; L. Meunier-Rivière, Les orgues de Toulouse..., 1997 ; MACHARD, Roberte, Les musiciens de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse…  ; N. Dufourcq, La très curieuse histoire d’un orgue bigourdan, 1938 ; R. Machard, Les musiciens de la cathédrale St-Étienne de Toulouse… ; R. Machard, Musiciens de la cathédrale St-Étienne… ; R.Machard, Les musiciens de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse..., 1973 ; SALIES Pierre "J. N. PH. Valois" archistra

<<<< retour <<<<