Login
Menu et informations
CAMPAGNE, Pierre Joseph (ca 1750-1787)
État civil
NOM : CAMPAGNE     Prénom(s) : Pierre Joseph     Sexe : M
Date(s) : 1750 ca  / 1787-10-23
Notes biographiques

Pierre-Joseph CAMPAGNE n'est actuellement connu que par la fin de son existence, vécue à la cathédrale de Sées. Tout l'itinéraire en amont de son arrivée en Normandie reste à éclairer...

• Selon les indications de son acte de sépulture, Pierre-Joseph CAMPAGNE serait né vers 1750, à Isbergues, en Artois, dans le diocèse de Saint-Omer [Pas-de-Calais actuel]. Il est fils de Charles Campagne et de Marie-Jeanne Rose.

• Quelle formation a-t-il reçue ? Il a sans doute été élevé dans une maîtrise d'enfants de chœur, où il a reçu la tonsure. En 1787, en effet, il est dit "clerc du diocèse de St-Omer".

• Quels furent ses premier(s) poste(s) ??
En 1782 il semble se trouver à Paris, où un titre de rente établi en l'étude de maître Pierre Lormeau (étude XXX du Minutier central) le mentionne comme "maître de musique" entre octobre et décembre 1782.

• Mi-juin 1787, Sées [Orne] : Pierre Joseph CAMPAGNE est reçu Maître de Musique de la cathédrale. Il succède à un certain VANHERLEN qui a démissionné au début du mois après huit années d'exercice. Le chapitre établit à CAMPAGNE un contrat détaillé, tant de ses charges de travail que de ses rémunérations (en argent et en nature, blé etc) et fait dresser un inventaire de la maison de la maîtrise. Il sera chargé de six enfants de chœur et de toute la vie musicale de la cathédrale. Parmi ses enfants de chœur, il y a alors Louis Auguste BAROTTE, fils de Martial Sylvestre BAROTTE, dit Joinville, haute contre de la cathédrale, et Jean HÉLIER, dit Beaulieu.

• 23 octobre 1787, Sées : Pierre Joseph CAMPAGNE meurt brutalement (d'une fièvre maligne, indique le registre capitulaire). Un chapitre extraordinaire se réunit à l'issue des vêpres du chœur afin de fixer le cérémonial à suivre le lendemain matin après la messe du chœur. Sous le coup de l'émotion, les chanoines décident d'une cérémonie assez solennelle, avec deux chapelains chapés, l'ancien des chantres gagistes portant le luminaire et quatre autres chantres portant les quatre coins du poële. Le lendemain, finalement, "il n'y a point eu de chape par la raison qu'il ne devoit pas y avoir de nocturne, étant laïque".

• Le 11 janvier 1788, Jean Louis FASQUEL, du diocèse de Paris, est reçu maître de musique du chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Sées.

Mise à jour : 24 octobre 2017

Sources
F-Ad61/ 1G 329 ; F-Ad61/ BMS St-Gervais ; F-Ad61/ G 329 ; J-F Détrée, Notes, 2011

<<<< retour <<<<