Login
Menu et informations
DUCLOS, Marie Anne (1759-1808)
État civil
NOM : DUCLOS     Prénom(s) : Marie Anne     Sexe : F
Date(s) : 1759-11-25  / 1808-8-27
Notes biographiques

Comme les innombrables musiciennes oubliées que l'on redécouvre peu à peu et qui étaient actives ici ou là, en particulier aux tribunes d'orgues, Marie Anne DUCLOS était en 1790 l'organiste d'un puissant prieuré bénédictin du sud du Haut-Maine. Elle présente plusieurs caractéristiques intéressantes, notamment être issue d'une famille d'organistes, et apparaître dans les mémoires du villageois Louis SIMON.

• Marie Anne DUCLOS nait le 25 novembre 1759, et le lendemain est baptisée, paroisse Saint-Vénérand à Laval. Fille d'un tisserand, elle est aussi nièce d'un organiste, Jean Marie DUCLOS, et sœur d'au moins 3 organistes, François, Pierre et Jean Charles DUCLOS, ainsi que Jeanne DUCLOS qui est très probablement sa jeune sœur.

• [Vers 1770], Laval : C'est à cette période que Marie-Anne DUCLOS aurait débuté sa carrière d'organiste à la collégiale Saint-Michel de Laval. En octobre 1790, elle déclare exercer son état d'organiste "depuis vingt ans, tant en ladite maison [où elle exerce alors, en 1790] qu'au chapitre de St-Michel du Tertre de Laval". On peut penser qu'en effet c'est alors qu'elle apprend à toucher l'orgue à Saint-Michel de Laval, sous la direction de son oncle (mort en janvier 1771, elle a 11 ans) puis très probablement de ses frères aînés.
Peut-être a-t-elle vraiment tenu l'orgue de St-Michel à partir de novembre 1772, après la mort de son frère ainé, François, qui avait 10 ans de plus qu'elle. Ce qui permettait à son autre frère, Jean Charles, d'être disponible pour toucher l'orgue de Saint-Vénérand, mieux payé, dont il était également titulaire. Elle a alors 13 ans. "Depuis vingt ans" serait donc une expression 'arrondie', ou bien qui englobe la durée de sa formation, durant laquelle elle a dû seconder ses frères et les relayer à l'occasion lorsqu'elle en a été capable.
Le registre capitulaire de la collégiale lavalloise, bien conservé, ne la mentionne pas comme titulaire de l'orgue de Saint-Michel.

• À une date inconnue, probablement d'assez peu antérieure à 1790, Marie Anne DUCLOS quitte Laval et le Bas-Maine pour aller s'installer dans le Haut-Maine. Elle remplace Marie Ursule GAIGNOT à l'orgue du prieuré de Bénédictines de La Fontaine-Saint-Martin (village situé entre Le Mans et La Flèche, dans le futur département de la Sarthe).

1790 : Marie Anne DUCLOS est dite "organiste actuelle" au prieuré des bénédictines de La Fontaine-Saint-Martin, elle gagne 200 livres/an et y est en outre logée, nourrie, blanchie… "elle n’a d’autres moyens de subsistance que cet état qu’elle exerce depuis vingt ans, tant en ladite maison qu’au chapitre de St-Michel du Tertre de Laval"...

• 1792, La Fontaine-Saint-Martin : Après la dispersion de la communauté, elle reste au village, vivant au hameau de La Bourne, en compagnie de l'ancien aumônier du couvent, René Letertre.

Celui-ci meurt le 2 août 1805, laissant un testament en faveur de Marie Anne DUCLOS « fille », à laquelle il lègue la propriété de La Bourne.

• 1805-1806, La Fontaine-Saint-Martin : Marie-Anne Duclos est assez longuement évoquée dans les Mémoires de Louis SIMON, étaminier et chantre de l'église paroissiale du village, car elle tombe amoureuse de lui (il est devenu veuf en 1803). Il écrit à propos d'elle : "elle avait fréquenté le grand monde étant organiste au couvent".

• 27 janvier 1807, La Fontaine-Saint-Martin : Marie-Anne Duclos épouse Vincent Chédieu, militaire à la retraite (aucune profession n'est indiquée pour elle, du reste le couvent ni son orgue n'existent plus depuis longtemps).

• 27 août 1808, La Fontaine-Saint-Martin : Le décès de Marie-Anne Duclos-Chédieu, à La Bourne, est déclaré le lendemain par Louis Simon, qui signe l'acte.
• 16 décembre 1808, La Fontaine-Saint-Martin : Lors du règlement de sa succession, ses héritiers sont ses frères Pierre et Jean Charles Duclos, tous deux dits “artistes”, le premier demeure alors à Nantes, et le second à Laval.

• • • Bibliographie :
  Anne FILLON, Louis Simon, villageois de l'ancienne France, Rennes, Ouest-France, 1996, 342 pages.
  Sylvie GRANGER, « Femmes organistes en Sarthe au temps de la Révolution », La Vie Mancelle et Sarthoise, n°431, octobre 2013, p. 16 à 20.
  Sylvie GRANGER et Benoît HUBERT, Souvenirs d’un villageois du Maine, Louis Simon (1741-1820), édition augmentée et annotée, à partir du texte original établi et commenté par Anne Fillon (1984 et 1996), préface de Pierre Chaunu (1996), PUR, collection Mémoire Commune, 2016, 548 pages (dont 36 planches couleurs).

Mise à jour : 26 avril 2016

Sources
F-Ad53/ BMS St-Vénérand ; F-Ad72/ NMD La Fontaine St-Martin ; F-An/ F19/611/2 ; Fillon, Granger, Hubert, Souvenirs d'un villageois du Maine…, 2016 ; courriel R. Bons, 2009
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1788 ?  / 1791 ca
Lieux :  Prieuré de Bénédictines (LA FONTAINE-SAINT-MARTIN)  
Fonction :  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<