Login
Menu et informations
BEAUMONT, Pierre (1746-1793)
État civil
NOM : BEAUMONT     Prénom(s) : Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BAUMONT
Date(s) : 1746-3-5   / 1793-4-12 
Notes biographiques

Formé à Tours, Pierre BEAUMONT fait toute sa carrière à Poitiers. Engagé dans l'armée révolutionnaire, il meurt au combat en 1793.

• 5 mars 1746, Tours : Pierre BEAUMONT est baptisé paroisse Saint-Étienne. Son père, Jérôme Beaumont, est qualifié "d'employé à la formule" sur l'acte de baptême. Le parrain et la marraine savent signer. Le père en revanche déclare ne le savoir.
L'acte de mariage de Pierre en 1773 indique, quant à lui, que son père est aubergiste puis "employé dans la ferme du papier timbré".

• [Vers juin 1753], Tours : Pierre BEAUMONT devient enfant de chœur à l'âge de 7 ans à la collégiale Saint-Martin. Il y reste 11 ans. Entre 1756 et 1760, c'est Louis MAÎTRE qui exerce les fonctions de maître de musique à la collégiale.

• 24 avril 1762, Tours : Le chapitre ordonne qu'on enseigne à cet enfant de chœur à jouer des instruments [probablement le serpent et le basson] s'il est apte. Qui est son maître? Louis PINSON, qui vient d'arriver de Soissons, ou François Jean GRATIEUX ?

• 11 août 1764, Tours : Il sort de la psallette de Saint-Martin après dix ans et quatre mois de service. Le fabricier lui verse 104 livres plus 30 livres pour son "vestiaire".

• 20 décembre 1764, Tours : Le chapitre Saint-Martin finance son voyage jusqu'à Rodez, où il a été recruté comme joueur d'instruments.

• 1er mai 1765, Tours : Le receveur général est chargé de verser une gratification de 30 livres à cet ancien enfant de chœur selon une délibération datant du 20 décembre précédent. Il est possible qu'elle serve à BEAUMONT à s'acquitter de ses futurs frais de voyage POUR Poitiers puisqu'il ne semble pas être parti à Rodez.

• 27 mai 1765, Poitiers : Pierre BEAUMONT est engagé à la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand comme musicien jouant des instruments, en qualité de joueur de serpent et basson, aux gages de 8 livres par semaine, à partir du 25 mai. Il y restera 26 ans.

• 13 octobre 1770, Poitiers : 3 livres sont retenues sur ses gages de musicien à Saint-Hilaire-le-Grand, "faute de résidence". Le même reproche au sujet de son manque d'assiduité lui sera fait plusieurs fois ultérieurement par le chapitre (avril et décembre 1771, février et mai 1773, 17 mai 1774… et de même encore en mai-juin 1782).

• 26 janvier 1773, à Poitiers, paroisse Saint-Germain : Pierre BEAUMONT épouse Marie Sébastienne Picard, veuve de Jean Desaux, de Saint-Porchaire, avec dispense de 2 bans, en présence de LECAND, musicien, et autres signataires.
De cette union naissent au moins 4 enfants, tous baptisés à Saint-Hilaire (20 décembre 1774, 31 mars 1776, 3 mai 1778, 27 juillet 1780), dont 2 sont encore en vie en 1790.

• En août 1776, Poitiers : Pierre BEAUMONT reçoit du chapitre de Saint-Hilaire une avance de 150 livres car il est "dans un pressant besoin".
• En octobre 1778, Poitiers : Toujours musicien à Saint-Hilaire, Pierre BEAUMONT reçoit cette fois une gratification de 48 livres, puis une avance de 150 livres “pour satisfaire à ses affaires étant dans un extrême besoin”.
• En octobre 1782, Poitiers : Le chapitre augmente ses gages “sur la représentation qui nous a été faite de son état”.

• 9 mars 1784, Poitiers : Le chapitre de Saint-Hilaire accorde à Pierre BEAUMONT la permission d’aller à Tours "à cause de la mort de sa mère" et lui donne 12 livres "pour lui aider à faire son voyage".
• 5 juillet 1784, Tours : BEAUMONT passe une audition devant le chapitre Saint-Martin alors qu'il est venu jouer à la saint Martin d'été. Il n'est pas retenu et on lui verse 24 livres de gratification.
• Le 19 juillet 1784, toujours à Tours, le sieur BEAUMONT reçoit 24 livres du chapitre St Martin "pour gratification". Il rentre ensuite à Poitiers.

• Février 1786, Poitiers : BEAUMONT reçoit une gratification du chapitre "pour les soins qu'il a pris à instruire le 1er enfant de chœur", Jean CHAMPIGNY, puis en mai 1788 pour faire apprendre un métier à son fils (sans doute Jean Pierre, baptisé le 31 mars 1776).
• 16 août 1786, Poitiers : Morte à l'âge de 9 ans, paroisse Sainte-Triaize, sa fille Marie Julie est inhumée "en présence de Mrs les musiciens de St Hilaire qui ont assisté en surplis", signe de solidarité du corps de musique envers son serpent.

• [1790], Poitiers : BEAUMONT adresse une supplique aux administrateurs du département de la Vienne. Il se dit âgé de 44-45 ans. Il est père de 2 enfants, dont une fille prénommée Jeanne, et une soeur à charge, prénommée Anne (sans doute est-il veuf puisqu'il ne fait aucune allusion à son épouse). Ses revenus s'élèvent à 640 livres, y compris 120 livres de gain de fondation du bas-choeur et 8 boisseaux et demi de froment et 6 boisseaux 3/4 de seigle. Il déclare avoir été "musicien jouant des instruments"  à la collégiale Saint-Hilaire pendant 26 ans, et n'avoir "aucun autre talent pour gagner sa vie".
À la collégiale il avait pour collègues : Jean-Baptiste DOLLÉClaude Marguerite LARDYJean-Baptiste BROCHETClaude Robert DUVALCharles PIERRONJean-Baptiste TORELLELouis Victor BABINJean HOURTICOLOUFrançois POULAINNicolas Joseph VENONJean ALEXANDRE et Pierre Louis DELAURIÈRE. Il est le seul membre du bas-chœur à n'avoir pas participé à la supplique collective envoyée au directoire le 22 novembre 1790. Peut-être avait il déjà pris l'initiative d'écrire la sienne avant les autres ?
• 4 août 1790, Poitiers : Un certificat lui est délivré par le chapitre Saint-Hilaire-le-Grand.

• [1791], Poitiers : Le directoire du district de Poitiers propose de lui accorder une gratification de 200 livres.
• 28 juin 1791, Poitiers : Pierre BEAUMONT reçoit 42 livres. 10 sols pour son service à la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand.

• Il est incorporé dans l'armée du Nord, premier bataillon de la Vienne. Anne Beaumont, sa soeur, recueille sa nièce Jeanne et l'éduque avec la pension de son frère.

• 12 avril 1793, Dambach (dans le nord de l'Alsace, à proximité immédiate de l'Allemagne et de la Lorraine, dans le fond de la vallée du Schwarzbach) : Pierre BEAUMONT meurt aux portes de cette ville pendant son service à l'armée.
• 1er juillet 1793, Poitiers : Sa sœur Anne adresse aux administrateurs du département de la Vienne une supplique lyrique qui en appelle aux "loix du créateur" et se conclut par une métaphore compliquée ("puisse le son qui part du corps sonore, frapper le timpan de votre oreille et imprimer a votre ame laction de lacte que lexposante reclame"). Concrètement, elle se dit "dans limpossibilité de frayer aux dépenses quentraine lapprentissage de sa nièce" si la pension de son frère ne leur est plus versée.
• 5 juillet 1793, Poitiers : Sa demande est renvoyée au directoire du district de Poitiers.
• 18 juillet 1793, Poitiers : Le district de Poitiers estime que la pension est éteinte avec la mort de son titulaire et décrète qu'il n'y a pas lieu à délibérer "attendu qu'il n'est pas au pouvoir de l'administration de faire revivre des pensions éteintes par la mort des pensionnaires".
• 29 juillet 1793, Poitiers : Le procureur général syndic admet qu'il y a lieu tout de même d'accorder à Anne Beaumont 6 livres 13 sols 4 deniers pour les 12 jours du 2ème trimestre de pension de son frère pour l'année 1793.

Dernière mise à jour : 10 septembre 2016

Sources
F-Ad37 / BMS Tours, Paroisse Saint-Étienne, 1746 ; F-Ad86 / BMS Saint-Hilaire ; F-Ad86 / G568 ; F-Ad86/ BMS Poitiers, Saint-Germain ; F-Ad86/ G 567 ; F-Ad86/ G 569 ; F-Ad86/ G 569 - forum 0269 ; F-Ad86/ G 570 ; F-Ad86/ G568 ; F-Ad86/ L 226 ; F-Ad86/ L 235 ; F-Ad86/ L 278 ; F-Ad86/ MS Ste-Triaise ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°12 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°13 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°14 ; F-Adio.Tours/ registre capitulaire St-Martin n°31
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1765-5-25   / 1790
Lieux :  Collégiale Saint-Hilaire-le-Grand (POITIERS)  
Fonction :  musicien (Église)  ;  serpent (Église)  ;  basson (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : veuf    

Probablement est-il veuf puisqu'il ne mentionne que ses enfants et sa soeur à sa charge, sans allusion aucune à une épouse.


<<<< retour <<<<